Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de liguechampagneardennelutte.over-blog.fr
  • : présentation de la ligue Champagne Ardenne de Lutte
  • Contact

Profil

  • jojo
  • Président de la section lutte & DA
  • Président de la section lutte & DA

Partenaires

27-02-2010-10-19-35.jpg   
 Logo Champagne-Ardenne22-02-2010 16;47;55
lutte fila

 

18-05-2010 21;13;20

 

 

Recherche

articles de presse

Archives

/ / /

Le grappling: Plus qu’un sport, un art de vie

Réunissant aussi bien le Jiu-jitsu brésilien, le judo, la luta livre ou encore la lutte le grappling, bien plus qu’une discipline, représente la fédération de tous les sports de préhension sous des règles communes et surtout un art de vie.  Le but du grappling est de dominer ou de soumettre son adversaire grâce à un éventail technique très vaste comprenant des projections, des clés articulaires, des immobilisations et contrôles, ainsi que des étranglements. Les possibilités techniques, l’efficacité martiale associé à la préservation de l’intégrité  physique de son partenaire font du grappling une discipline unique et de plus en plus prisée à travers la planète.Travail,  fair-play, passion, bien être physique et mental sont les valeurs sportives qui animent le grappling. La soumission symbolique est un honneur pour celui qui l’applique et gratifie celui qui reconnaît sa propre défaite.

Les formes de luttes dans l’histoire

Comme dit précédemment le grappling fédère les différents sports de préhension mondiaux.  Par sports de préhension nous entendons les sports de combat dont les codes intègrent au choix le fait de contrôler, de projeter ou de soumettre l’adversaire. Certain arts comme le Jiu-jitsu brésilien, la luta livre ou le judo intégrant ces trois aspects.

De tout temps les hommes ont pratiqué des formes de lutte. Dés l’enfance le besoin se ressent de se mesurer de manière ludique et sportive à ses semblables. Les premières traces de forme de lutte date de prêt de 3400 ans avant la naissance du christ, à  l’époque ou la civilisation égyptienne émergeait. Largement développer par les grecs la lutte devient une discipline olympique. Des conquêtes et du mélange des cultures qui les accompagne naitrons énormément de formes de luttes parmi lesquelles le sumo, le jiujitsu, le judo ou encore le Shuai Jiao.

 


300px-Martial Arts

Les championnats hawaïens de grappling, passage de la garde.


Le grappling peut être considéré comme un sport de combat consistant à attraper, à tenir, à contrôler son adversaire, debout et également au sol après une éventuelle projection, puis à tenter de le faire abandonner grâce à des techniques de luxation et d'étranglement et cela sans utiliser le moindre coup.

Un grappler est un pratiquant qui utilise principalement la technique du grappling. Il s'oppose à un striker qui lui utilise des techniques de frappes et de percussions, comme des coups de poings et de pieds.

Le grappling peut être pratiqué en position debout, alors appelé le stand-up grappling ou au sol, alors connu sous le nom de ground grappling mais c'est le combat au sol qui est le plus communément appelé Grappling.

Le monde du combat a connu un révolution dans les années 90, avec la création de l'Ultimate Fighting Champions hip, une époque où on ne jurait que par le combat debout et les percussions, et où un brésilien nommé Royce Gracie a montré que le grappling était un art redoutable et que la plupart des pratiquants de pied poings devenaient totalement inoffensifs une fois mis au sol. Après ses nombreuses victoires contre des adversaires bien plus lourd et puissant que lui, le grappling et notamment le Gracie Jiu Jitsu fut étudié partout dans le monde. Après une décennie de cross training, la plupart des pratiquants de combat libre savent maintenant combattre dans les deux distances, debout et au sol.

 

Les différentes disciplines de grappling


lutte-grappling.jpg
Lutte


le-ne-Waza-en-judo-grappling.jpg
Le Ne Waza en judo


Les systèmes de grappling les plus connus et les plus efficaces sont : le jiu-jitsu brésilien, le sambo, le judo, le Freestyle wrestling (la lutte libre), le Shoot wrestling japonais. Dans ces disciplines, l'objectif est soit d'obtenir le takedown (projection) et le contrôle au sol de son adversaire, soit de finaliser (faire abandonner) son adversaire avec un étranglement ou une clé.

Quelle que soit la discipline, il existe deux façons de pratiquer le grappling : avec ou sans Gi (ou Kimono). Avec le Gi, la prise de Kimono est très importante, les contrôles sont redoutables, le rythme est généralement plus lent, le combat plus technique. Sans le Gi, le rythme est plus rapide, les contrôles se font plus sur le corps et la tète que sur les membres.


Historique du grappling dans le MMA moderne


Les grappleurs traditionnels (Traditional Grapplers)

L'immense majorité des combattants de cette catégorie sont des purs pratiquants de jiu-jitsu brésilien, même si certains judokas commencent à entrer dans la scène du MMA. L'ère des grappleurs traditionnels commença avec Royce Gracie en 1993 et ses retentissantes victoires lors de l'UFC 1. Elle se finit avec l'arrivée des submission wrestlers et des hybrid grapplers. Le grappler traditionnel est un combattant qui croit totalement dans l'efficacité de son style et qui ne cherche pas à compléter ses connaissances en pratiquant du cross training, comme un Hybrid grappler le ferait. Ce type de grappler est devenu de plus en plus rare avec la montée en puissance de la submission wrestling et de l'hybrid grappling qui ont démontré leur supériorité. Néanmoins il existe toujours certains combattants de cette catégorie ayant des résultats honorables. En général les grapplers traditionnels portent une importance capitale au positionnement et au contrôle de l'adversaire, ils attendent que leur adversaire fasse une erreur et en profite aussitôt pour placer une tentative de soumission. On peut penser aux grapplers traditionnels comme les stricts opposés des grapplers hybrides.

Les grapplers hybrides (Hybrid Grapplers)

Le style du grappling hybride est né en 1996, lorsqu'il est devenu évident que le JJB traditionnel commençait à perdre du terrain. Le crédit doit être donné à des combattants comme Matt Hume et les frères Machados qui ont développé le grappling hybride bien avant que le JJB ne perde sont statut de style de grappling ultime. Ce style combine différentes techniques de différents styles de grappling afin de le rendre le plus complet possible. La plupart des grapplers hybrides ont commencé par le JJB qui reste leur discipline de base, mais ils ont commencé à éliminer les techniques inefficaces et trop passives et à ajouter des techniques manquantes comme le clinch, le sprawl, le shoot et les takedowns, le tout saupoudré d'une pointe d'agressivité, d'adaptation et d'efficacité. quasiment tous les artistes de la soumission peuvent être classés dans cette catégorie.

.

Les pratiquants de la lutte de soumission (Submission Wrestlers)

Le Submission wrestling ou lutte de soumission a débuté après que la vague d'amateur wrestlers (lutteurs amateurs américains) entrent dans le MMA. Ces lutteurs, très puissant mais manquant de techniques pour finir un combat ou sans défense face aux multiples attaques des pratiquants de JJB traditionnel, se sont mis à étudier les autres formes de grappling, ils ont notamment appris à éviter et à se défendre contre les soumissions. La plupart se sont spécialisés dans le ground and pound, utilisant leur discipline de prédilection pour arriver au takedown et donc éviter les phases debout, utilisant leur nouvelle capacité à se défendre contre les soumissions pour pouvoir tranquillement frapper lors des phases au sol. De plus les spécialistes du pied poings utilisent souvent la lutte de soumission une fois au sol pour éviter les soumissions et pouvoir retourner en position debout. En général, un submission wrestler avec une bonne puissance de frappe au sol et debout fera un excellent combattant.


Les dates importantes du grappling et du
combat libre

12-11-93 

Rorion Gracie crée l'UFC 1 et après que Rickson refuse pour des raisons financières, Royce est finalement choisi pour représenter le style de la famille Gracie, le Gracie Jiu Jitsu. Le tournoi est conçu pour mettre en valeur le JJB comme le style ultime de grappling, voire de combat.

07-04-95 :

Lors d'un ré match très attendu, Royce s'avère incapable de gagner contre Ken Shamrock. Des questions se posent sur la passivité du JJB traditionnel et sur son manque de takedown. C'est la première faille dans l'idée du JJB, style ultime et imbattable de combat.


21-12-97
 :

Lors de l'Ultimatum Japan show, Kazushi Sakuraba soumet le technicien du JJB Marcus "Conan" Silviera et Frank Shamrock soumet le puissant lutteur Kevin Jackson en quelques secondes. L'ère des hybrid grapplers débute.


24-09-99 :

Frank Shamrock se voit offrir le combat de sa vie contre le jeune Tito Ortiz. Frank Shamrock remporte le combat mais ce combat met en avant la submission wrestling style dont Tito et quelques autres lutteurs américains sont les précurseurs.


01-05-00 :

 

Les hybrid grapplers comme Sakuraba ou Frank Shamrock continuent de régner sur le monde du combat libre. Royce Gracie revient pour clamer à nouveau la supériorité du JJB mais il perd contre Sakuraba qui battra deux autres membres de la famille Gracie. Il démontre ainsi la supériorité de l'hybrid grappling sur le JJB traditionnel, plus limité notamment en ce qui concerne la phase debout, le clinch et les takedowns


le grappling Français

David-Pierre.jpg



Le grappling: Plus qu’un sport, un art de vie

Réunissant aussi bien le Jiu-jitsu brésilien, le judo, la luta livre ou encore la lutte le grappling, bien plus qu’une discipline, représente la fédération de tous les sports de préhension sous des règles communes et surtout un art de vie.  Le but du grappling est de dominer ou de soumettre son adversaire grâce à un éventail technique très vaste comprenant des projections, des clés articulaires, des immobilisations et contrôles, ainsi que des étranglements. Les possibilités techniques, l’efficacité martiale associé à la préservation de l’intégrité  physique de son partenaire font du grappling une discipline unique et de plus en plus prisée à travers la planète.Travail,  fair-play, passion, bien être physique et mental sont les valeurs sportives qui animent le grappling. La soumission symbolique est un honneur pour celui qui l’applique et gratifie celui qui reconnaît sa propre défaite.

Les formes de luttes dans l’histoire

Comme dit précédemment le grappling fédère les différents sports de préhension mondiaux.  Par sports de préhension nous entendons les sports de combat dont les codes intègrent au choix le fait de contrôler, de projeter ou de soumettre l’adversaire. Certain arts comme le Jiu-jitsu brésilien, la luta livre ou le judo intégrant ces trois aspects.

De tout temps les hommes ont pratiqué des formes de lutte. Dés l’enfance le besoin se ressent de se mesurer de manière ludique et sportive à ses semblables. Les premières traces de forme de lutte date de prêt de 3400 ans avant la naissance du christ, à  l’époque ou la civilisation égyptienne émergeait. Largement développer par les grecs la lutte devient une discipline olympique. Des conquêtes et du mélange des cultures qui les accompagne naitrons énormément de formes de luttes parmi lesquelles le sumo, le jiujitsu, le judo ou encore le Shuai Jiao.



Francisco-Dos-Santos.jpg






différentes photos de Jean François COURT

grappling-N-2.jpg








grappling.jpg

Partager cette page
Repost0